La recherche de preuves

Première question à se poser : Qu’est-ce qu’une preuve ?

La preuve est tout d’abord un moyen de faire valoir ses droits, elle permet d’avancer dans la recherche de la vérité lors d’un procès par exemple.

Elle permet de justifier des actions, des évènements et ainsi de prouver leur existence, Le détective privé qui les détient est donc crédible auprès des représentant de la loi, un juge ou un avocat.

Que ce soit pour se défendre d’une accusation ou pour inculper quelqu’un, la preuve est l’outil indispensable pour se faire entendre par la justice française.

La meilleure façon d’obtenir des preuves sans commettre des écarts légaux est de faire appel à un détective privé.

Les différents types de preuves

Lorsqu’un détective privé se lance dans la recherche de preuve, il commence tout d’abord par cibler les intérêts de son client et les types de preuves qui pourront lui être utile, la loi en règlemente 5 :

la preuve littérale, c’est tout simplement un texte, écrit sur quelque support que ce soit

la preuve testimoniale (le témoignage)

la preuve par indice ou présomption, c’est une déduction faite à partir d’indices ou de faits qui ont été mis en relation

l’aveu, c’est quand l’accusé admet les tords qu’on lui soumet. Elle est la plus puissante des preuves.

le serment qui est la déclaration sur l’honneur d’un fait, favorable ou non, devant un juge.

Les moyens utilisés pour rechercher des preuves

Quand une personne se lance en quête de vérité, elle pense très souvent aux détectives privés. Ce sont en quelque sorte des «chercheurs de preuves» qui connaissent tous les filons pour récolter des preuves.

Grace à l’essor de l’informatique, il est très courant que les détectives privés fassent appel à celle-ci lors de procès car les appels téléphoniques, sms, Emails, posts sur les réseaux sociaux ou autres moyens de communication sur Internet sont des mines d’or d’informations sur la vie des suspects.

La filature : un détective privé a le droit d’espionner quelqu’un tant que le sujet se trouve dans un lieu public. Il peut ainsi le filmer, l’enregistrer ou le photographier pour immortaliser des évènements qui peuvent avoir une importance décisive lors d’une enquête.

Pour certaines affaires d’argent, la recherche de biens (matériels, financiers, immobiliers…) peut être utilisée. Dans ces cas-là, le détective privé recherche des actes de propriété, des transactions bancaires ou des certificats de vente.

Les utilités d’une preuve

Comme dit plus haut, les preuves sont des atouts irréfutables qui permettent à l’une ou l’autre partie, dans un procès, de prendre les devants dans la quête de vérité et ainsi d’avoir raison face à un organisme de justice. Si, par exemple, une entreprise veut toucher un dédommagement sur l’utilisation frauduleuse d’un de ces brevets par une autre, elle devra prouver que cette seconde entreprise a bien utilisé le brevet en question. Mais à l’inverse, la seconde entreprise pourra peut-être fournir des preuves justifiant qu’elle n’a pas violé ce brevet. La preuve a donc deux utilités : Inculper ou disculper

Publicités

Recherche de ses parents biologiques ou de son enfant adopté

Retrouver ses parents biologiques

En général, les enfants qui ont été adoptés ont le désir un jour ou l’autre de retrouver ou d’en savoir d’avantage sur leurs parents biologiques.

Afin de pouvoir retrouver vos parents il y a plusieurs étapes à franchir : dans un premier temps vous devez effectuer une demande d’antécédents dit « sociobiologiques » vous pouvez faire cette demande auprès : du Centre jeunesse de la région où vous avez été adopté . Il faut pour cela remplir le formulaire officiel et vous devez fournir tous les renseignements que vous avez en votre possession pour faciliter les recherches et pouvoir retrouver votre dossier et enfin vous identifier.  Car en effet normalement la règle en cas d’adoption est la confidentialité, mais il y a quelques exceptions faire appel à un détective privé peut vous faciliter la tâche.

Retrouver l’enfant qui à été placé en adoption 

Vous avez confié votre enfant en adoption et vous désirez le retrouver afin de  renouer des liens avec lui, il y a des règles à respecter. C’est pourquoi vous pouvez engager un détective privé afin de vous aider dans ces démarches. Afin de pouvoir retrouver votre enfant : vous devez  faire une demande auprès du Centre jeunesse de la région où l’adoption a eu lieu celui-ci effectuera des recherches pour retracer votre enfant puis  il prendra contact avec lui et la décision revient à l’enfant d’accepter ou de refuser que ses coordonnées personnelles vous soient ou non communiquées.

 

Un détective prive une SOLUTION EFFICACE pour retrouver vos parents BIOLOGIQUES ou VOS enfants

L’avantage de privilégier l’emploi d’un détective privé pour retrouver ses parents ou son enfant est un gain de temps ! En effet vous devez pour cela obtenir un « sommaire des antécédents », qui est un résumé des renseignements inscrit dans votre dossier médical du jour de votre naissance à celle de votre adoption, ainsi que les informations sur vos parents biologiques. Par contre, aucun renseignement permettant d’identifier ou bien de localiser vos parents biologiques ne vous sera communiqué, sauf si vos parents l’ont consenti.

Et oui retrouver son ou ses parents qui ont décidé de vous faire adopter ou retrouver l’enfant que vous avez décidé de placer,  n’est pas une chose facile car il y a plusieurs démarches à faire c’est pourquoi un détective privé peut être  très utile car va  pouvoir effectuer ces démarche à votre place.

LES DEMARCHES POUR retrouver mes parents biologiques  ou son enfant adopté?

Retrouver ces parents biologiques

Vous êtes un enfant et vous souhaitez retrouver vos parents biologiques pour cela vous devez avoir l’âge de 14 ans sinon vous devez avoir le consentement vos parents adoptifs  et dans les 2 cas et cela sera possible uniquement si vos parents biologiques y ont consenti.

Pour ses retrouvailles avec vos parents vous avez trois étapes obligatoires à franchir et c’est la que l’aide d’un détective privé peut être pour vous une aide précieuse.

En effet un détective privé peut effectuer pour vous toutes ces démarches et vous préparer à l’éventuelle acceptation ou refus de retrouvaille avec vos parents.

Il faut tout d’abord en un premier effectuer : « une demande de recherche et de retrouvailles au Centre jeunesse de la région où l’adoption a eu lieu » ainsi qu’une « demande d’antécédents sociobiologiques ». Le Centre jeunesse essayera donc de localiser vos parents biologiques grâce aux renseignements qui sont disponibles dans votre dossier d’adoption, il peut aussi avoir ces renseignements en communiquant avec « la Régie de l’assurance-maladie » pour obtenir l’adresse la plus récente des parents.
En deuxième le centre jeunesse prendra contact avec vos parents biologiques pour l’informer que vous souhaitez prendre contact avec eux. Le ou les parents que vous souhaitez retrouver ont l’entière responsabilité d’accepter ou refuser de poursuivre la démarche que vous avez engagée.
La troisième et dernière étape est de rencontrer vos parents biologiques, si ceux-ci l’acceptent. Le Centre pourra vous proposer qu’un de leur intervenant soit présent à cette rencontre. « Dans plusieurs régions, vous pouvez choisir d’être accompagné par un bénévole du Mouvement Retrouvailles ».

Retrouver son enfant adopté

Vous souhaitez retrouver votre enfant qui à été adopté faite appel à un détective privé qui pourra effectuer les recherches nécessaires.

Comme nous le précise Monsieur HUMBERT détective privé à Nice : «  il est important de préciser qu’aucune demande de recherche par un parent biologique ne sera communiquée à un enfant adopté mineur, pour cela vous devrez donc attendre que votre enfant ait atteint l’âge de 18 ans ».

Afin de pouvoir reprendre contact avec votre enfant vous devez soumettre une demande auprès du centre de jeunesse de la région où l’adoption a eu lieu qui procédera à la recherche de votre enfant (même démarche que pour retrouver ces parents biologique). Si le centre jeunesse retrouve votre enfant, il prendra contact avec lui qui est libre d’accepter ou de refuser que ses coordonnées personnelles vous soient communiquées.

LA VIE PRIVEE SUR INTERNET

Internet, une véritable mine d’or pour les détectives privés

 Quand on cherche à obtenir des informations sur quelqu’un, Internet et l’arme absolue car c’est un endroit où tout le monde y laisse des traces. Que ce soit de manière légale ou non, avec des moyens techniques développés ou pas, tout le monde peut trouver des informations sur les utilisateurs. Il ne faut pas oublier aussi que les sécurités (mots de passes, identifications…) ne sont jamais inviolables et que l’on s’expose donc, en utilisant Internet, à des piratages.

 Ce qu’on trouve sur Internet

 La question est vaste, nous allons citer un maximum d’exemple, mais la liste ne pourra jamais être exhaustive.

Les photos, posts, tweets ou blogs peuvent être des moyens d’entrer dans la vie privée de quelqu’un, ainsi, sans trop de connaissance en informatique, on peut trouver les numéros de téléphones, adresses et autres renseignements sur sa cible.

Les commentaires sur les forums peuvent être révélateurs et décisifs pour un détective privé.

Avec l’essor du Cloud-Computing (mise en ligne des données pour un accès universel) la sécurité des données a pris du plomb dans l’aile, il est en effet possible pour un hacker de s’introduire sur des serveurs et de voler des données qui peuvent parfois être critiques (dossiers médicaux, comptabilité d’une entreprise…).

La localisation GPS, en effet, lorsque vous interagissez sur les réseaux sociaux, il est fréquents que ceux –ci soient en mesure de vous géo-localiser, une pratique anodine dans les faits, mais qui peut servir de preuves lors d’accusations ou de procès.

Des données de navigation, des cookies, des historiques, des saisies automatiques, bref, tout un tas de renseignements exploitables contre l’utilisateur.

Les coordonnées bancaires, souvent volée à l’aide de sites recopiés à l’identique (pishing).

 A quoi ces renseignements peuvent-ils servir ?

 Un détective peut utiliser ces données pour ou contre son client, pour affirmer ou infirmer des évènements.

Ainsi, lors d’un procès, un détective pourra par exemple prouver que son client était à tel endroit à tel  moment, prouver aussi peut être qu’il était accompagné, ces renseignements peuvent donc servir de bouclier pour parer des accusations.

A contrario, le détective privé peut se servir de ces renseignements pour accuser la partie adverse, certains éléments ayant un poids significatif face à la justice car, comme il s’est déjà produit par le passé, certaines personnes on put être condamnées grâce à des preuves trouvées sur internet.

 Comment bien se protéger ?

 La meilleure solution serait… de ne pas utiliser Internet.

Comme on peut s’en douter, il n’y a pas grand monde qui serait prêt à faire ce pas, il est donc normal de se dire qu’on est jamais protégé.

La meilleure solution consiste à être le plus vigilant possible : ne pas cliquer n’ importe où, donner le minimum de renseignements personnels, ne pas dialoguer avec n’importe qui et, surtout, ne jamais divulguer ses identifiants et mots de passe.

Les anti-virus font aussi d’énormes efforts pour protéger leurs utilisateurs sur internet avec des systèmes de paiement sécurises, de suppression des cookies…

Une dernière solution consiste aussi à faire appel à un détective privé pour avoir connaissance des techniques de prévention.

Recherche d’une personne

La recherche de personne

Retrouver une personne n’est pas une tâche évidente, c’est pourquoi faire appel à un détective privé peut être très utile.

 Recherche par les réseaux sociaux

De nos jours l’information est facilitée par l’existence d’Internet et des réseaux sociaux, où sont référencées des millions de personnes.

Vous cherchez une personne perdue de vue il y a longtemps, quelqu’un de votre famille que vous dont vous avez appris l’existence (frére, sœur, père mère…) ?

Vous pouvez vous servir des moteurs de recherche via internet, en tapant simplement le nom de la personne, on trouve parfois des informations comme : la diffusion des bans de son mariage ou sa présence sur un site mais il se peut aussi que se ne soit pas la « bonne »  personne.

Vous pouvez aussi effectuer votre recherche via les réseaux sociaux, tel que  Facebook et Twitter qui permettent aussi de retrouver de nombreuses connaissances perdues de vue, voir de la famille.

À condition que la personne recherchée soit inscrite sur un de ces sites et qu’elle n’est pas changée de nom entre temps.

Vous pourrez la retrouver grâce à son nom et même son nom de jeune fille, et vous pourrez accéderer à un certain nombre d’informations plus ou moins personnelles le concernant.

Si la personne recherchée n’a pas de compte sur un des réseaux sociaux, vous pouvez faire appel à un détective privé qui sera très vous permettra d’effectuer ces recherches en toute légalité.

La recherche de personne via l’administration

Vous pourrez aussi y passer une annonce ou effectuer une recherche dans les annuaires universels, ou retrouver la retrouver grâce à des aides publiques.

Rechercher un proche parent dont vous avez perdu la trace, vous pouvez vous adressez aussi aux services de police, à votre préfecture ou sous-préfecture.

La demande de recherche dans l’intérêt des familles sera prise sur procès-verbal ou par un officier de police judiciaire.

Les recherches cibleront d’abord la région puis au bout de quelques semaines, le pays car de nos jour les personnes disparue peuvent se trouver partout dans le monde par contre ces recherches dureront l’année de la demande et l’année qui suit. Cependant, si au bout de 6 mois, la police n’a trouvé aucune trace de la personne, les recherches s’arrêteront avec la délivrance d’un « certificat de vaines recherches » d’où l’intérêt de faire appel à un détective privé qui pourra approfondir plus longuement votre demande et trouvé la personne concernée.

Si la personne est retrouvée, il faut son consentement pour vous communiquer son adresse, car elle n’est pas dans l’obligation de vouloir reprendre contact.

Les archives publiques sont également une source d’information précieuse.

Elles permettent de trouver des données sur une personne disparue, telles que son registre d’état civil, son acte de mariage et éventuellement son acte de décès.

Faire appel à un détective privé

Toutes ces démarches sont facilitées en faisant appel à un détective privé qui connait la loi et il peut faire les démarches nécessaires pour retrouver plus facilement la personne « disparue ».

Le métier de détective privé

En quoi consiste ce métier ?

Le détective privé est un enquêteur chargé de vérifier des faits, apporter des preuves ou de retrouver des personnes.
Pour ce faire, il doit partir à la chasse aux informations : filatures, enquêtes, entretiens représentent son lot quotidien.
Il doit recueillir des renseignements et des preuves (audio, photo, écrite) pour le compte de ses clients (un particulier ou une société) afin de vérifier une thèse ou de percer un mystère.
Son domaine d’intervention peut être d’ordre privé, professionnel, civil ou commercial.
C’est un métier qui requiert une grande disponibilité et beaucoup de discrétion car il est soumis au secret professionnel.

Une profession libérale réglementée :

Détective privé est une profession libérale réglementée, les détectives privés sont régits par la loi 2003-239 du 18 mars 2003 ainsi que par les textes inscrits au titre II du chapitre VI du Code de la sécurité intérieur, créé par l’ordonnance du 12 mars 2012 et entré en vigueur le 1er Mai 2012.

Les détectives privés sont indépendants, ce qui forme une garantie d’objectivité pour les personnes qui font  appel à leurs services.

Ils sont peu susceptibles de subir des pressions qu’elles soient : politiques, administratives, hiérarchiques ou autres.

Au vu de leurs responsabilités, les agents de recherches privées doivent remplir certaines conditions de moralité et ne pas présenter d’antécédents judiciaires incompatibles avec l’exécution de leur fonction.

Déclarés et agréés auprès du CNAPS (Conseil nationale des activités privées de sécurité) qui est un établissement public administratif sous la tutelle du Ministère de l’intérieur, ils sont soumis au contrôle de cette autorité.

Quel diplôme faut-il pour exercer ce métier ?

L’exercice du métier de détective privé demande un agrément administratif qui atteste de ses compétences.

Il est soumis à une certification professionnelle, obtenue à la suite d’une formation.

Il est par exemple possible de rejoindre l’Institut de Formation des Agents de Recherches (IFAR), une formation privée à Montpellier accessible aux bac+2.

En France, l’Université Panthéon Assas PARIS 2 est le premier établissement universitaire à dispenser des formations publiques aux enquêteurs privés.
Des connaissances en droit privé, fiscal ou commercial sont également un atout.

Vous pouvez également  faire une licence droit des agents de recherches privées à la Factulté de droit de Nîmes.

Les 10 qualités pour un détective privé :

Ce métier est pratiqué par les hommes mais aussi par 23% de femme.
Pour être un bon détective,  vous devez être :

1/ perspicace pour mener à bien l’enquête,
2/ savoir observer, être en possession d’un enregistreur camera full HD et un appareil photo reflex, et d’un enregistreur,
3/ Etre intègre et loyal pour ne pas tomber dans l’incorruptibilité et préserver le secret professionnel,
4/ Le respect des lois et des règlements,
5/ l’obligation et le devoir de conseil auprès des ces clients,
6/ la patience et la discrétion pour les filatures est primordiale,
7/ la curiosité afin d’aller au plus proche de la vérité,
8/ l’observation pour apporter toutes les preuves,
9/ la disponibilité car le temps est votre meilleurs atout,
10/ le secret professionnel afin que les preuves récoltées ne soient pas divulguées.

Adresses utiles :

CNDEP (Confédération nationale des détectives et enquêteurs professionnels)
12, bd Ledru-Rollin – 34000 Montpellier – Tél. : 04 67 58 23 65 – 3615 infodetective

Association des détectives francophones
94, av. Charles-de-Gaulle – 92200 Neuilly-sur-Seine – http://www.france-detectives.com

Université Paris-II / Centre de formation permanente
19, rue du Château – 77000 Melun

Ifar (Institut de formation d’agents de recherches)
BP 148 – Montpellier Cedex 01 – Tél. : 04 67 58 30 65

La fraude en entreprise, un mal très français !

faude

1/ Secteurs les plus touchés et types de fraudes

Selon un article du journal les échos : « dans le monde, plus de 50 % des entreprises reconnaissent avoir connu une fraude de plus de 100.000 dollars. En France, un 1/3 des entreprises se dit avoir été touché par une fraude de cette ampleur. »

Si tous les secteurs sont touchés par la fraude, les services financiers sont le secteur le plus concerné, essentiellement par des fraudes externes. L’aérospatial & Défense et l’Automobile sont, plus affectés par les fraudes internes.

C’est pourquoi les entreprises n’hésitent plus à faire appel à un détective privée pour se prémunir et se défendre contre les fraudeurs.

En générale, en France le détournement d’actifs représente 61 % des fraudes, il est suivi par la cybercriminalité (28%), mais ce que l’on sait moins c’est que l’on peut faire appel à un détective privé afin de rechercher et prouver les fraudes dont la votre entreprise est victime.

2/ La fraude « au Président » qu’est ce que c’est ?

Une nouveauté et une spécificité française car cette méthode semble être peu utilisée ailleurs.

Le stratège est simple: le fraudeur se fait passer pour le dirigeant de l’entreprise par téléphone et demande à au comptable de l’entreprise d’effectuer un virement urgent à l’étranger pour financer une acquisition confidentielle.

Toute la subtilité est dans le fait que l’escroc s’adresse à un simple comptable, profitant généralement de l’absence de ses responsables.

Il dispose des bons renseignements concernant le patron de cette entreprise qu’il est censé incarner et met en confiance son interlocuteur.

Si besoin, le fraudeur met la pression en expliquant que la transaction est vitale pour l’avenir de l’entreprise.

Il ne lui reste qu’à profiter, en général d’un week-end prolongé pour réaliser son arnaque et empêcher ainsi le blocage du virement.

Selon un article du Figaro : « En 2009, seules 29% d’entre elles déclaraient en avoir détecté une contre 55% cette année. Cette augmentation est particulièrement forte en France. »

Les entreprises ont aujourd’hui conscience du problème et se donnent les moyens de dépister des fraudes plutôt que de les découvrir par hasard.

Les sommes en jeu ne sont pas négligeables car elles représentent environ 73.000 euros.

cybercrime

3 / La cybercriminalité en hausse

La méthode la plus courante reste l’identification des transactions inhabituelles.

En faisant régulièrement sa comptabilité, la fraude peut être détectée: c’est celle des «opportunistes» qui profitent de la faible surveillance de ces comptes mise en place par l’entreprise.

La fraude est commise dans 60% des cas par un salarié, plutôt âgé entre 41 et 50 ans (dans 43% des cas) et disposant d’une solide ancienneté (plus de dix ans dans 50% des cas) car il lui faut la confiance de son entreprise et le temps de maîtriser les procédures de sa société.

C’est désormais la cybercriminalité qui préoccupe, car elle s’organise et se professionnalise.

Selon a article du Figaro : « Elle est devenue cette année la deuxième source de fraude la plus courante en France, derrière le détournement d’actifs et pas moins de 44% des entreprises redoutent d’en être victimes dans les deux ans qui viennent.

Aujourd’hui, les entreprises brassent énormément de données puisque 80% des informations stockées dans leur système n’existaient pas il y a seulement deux ans.

Tout l’enjeu va être d’identifier les données les plus sensibles pour mieux les protéger ensuite.

Dernière victime en date: le distributeur américain Target auquel ont été volées les données sur 110 millions de ses clients! »

Comme nous le précise Monsieur HUMBERT, détective privé à Nice : « Un détective privé vous sera très utile sur une affaire de cybercriminalité car il va pouvoir remonter et relier chaque salarié et poste informatique de l’entreprise victime de fraude ainsi que démontrer l’implication du suspect grâce à l’usage de l’informatique comme arme ou bouclier ! »